08/06/2002


Les Canadiens favorables au régime de deux mandats
Gilles Toupin
La Presse
Ottawa

Les Canadiens croient qu'il faut mettre un terme à la possibilité pour le chef du gouvernement fédéral de se faire élire à répétition pendant plus de deux mandats.

Le sondage Ekos révèle en effet que 59% des personnes consultées sont en faveur d'une modification de la Constitution canadienne qui limiterait à deux mandats seulement la durée en poste du premier ministre.

La Constitution américaine notamment limite à deux mandats la présence d'un président des États-Unis à la Maison-Blanche.

Seulement 27% des Canadiens sont en désaccord avec cette proposition.

Le sondage Ekos révèle de plus que 50% des électeurs du Parti libéral sont en faveur de cette mesure contre 33% qui la désapprouvent.

La proposition séduit par ailleurs 74% des sympathisants de l'Alliance canadienne et du Parti conservateur et 72% de ceux du Bloc québécois. Les néo-démocrates l'appuient à 49% contre 38% qui la désapprouvent.

Le premier ministre Jean Chrétien s'est fait élire pour un troisième mandat consécutif en novembre 2000.

Si une telle modification à la Constitution avait été décidée par le Parlement, il n'aurait pu rester à la tête du PLC au terme de son deuxième mandat.

Cela concorde parfaitement avec le point de vue d'une majorité de Canadiens (47% contre 37%) qui sont en désaccord avec l'idée que M. Chrétien, sous prétexte qu'il a gagné la course au leadership de son parti et qu'il a obtenu un haut niveau d'appui lors des dernières élections, mérite de pouvoir décider du moment de son départ.

Seul ceux qui votent pour les libéraux (52% contre 33%) reconnaissent cette légitimité à M. Chrétien.